RETOUR SUR IMAGES
Prev
Next

Exposition : Femmes de 1914

Du 10/11/2018 au 14/11/2018


Le 2 août la guerre est déclarée, en pleine moisson. Le 6 aout 1914, le Président du Conseil René Viviani lance un appel martial aux femmes françaises, plus spécialement aux femmes et filles de paysans. C'est un appel aux remplaçantes sous le regard et l'autorité de leurs maris. La France de 1914 compte 39,6 millions d'habitants et 56% de population rurale.
Partout la main d’oeuvre manque, les travaux se font avec difficulté malgré une allocation du gouvernement pour les salaires. C’est la détresse, les secteurs traditionnels de l’activité féminine, textile et habillement connaissent le chômage.

Une nouvelle activité se développe, celle d’infirmières, image idéalisée d’ange gardien du soldat. Ce sont tout de même 70.000 infirmières bénévoles qui s’ajoutent aux infirmières militaires.

La mobilisation des françaises par l’état est plus lente et orientée vers les usines de guerre. Les “munitionnettes”, diminutif dépréciatif des ouvrières, représentent
le dernier recours après la mobilisation des hommes et l’embauche des derniers civils. C’est « l ’Union Sacrée », un civisme et un patriotisme à toute épreuve, la germanophobie comme fanion.

Le quotidien des femmes est difficile, elles sont seules, la souffrance de celles des zones occupées est encore plus grande. La vie des familles et des couples est liée au rythme des permissions et des courriers. C’est seulement à partir de juillet 1915 que sont accordées les premières permissions. C’est un moment clé de confrontation entre deux univers : le civil et le militaire.

Les couples semblent d’abord se résigner à ce “mauvais temps” et même si les rôles sont inversés, le modèle de domination masculine perdure...

Le graphisme privilégie l’image avec un texte court, qui va à l’essentiel.

 

Du 7 au 14 novembre 2018
Casino de Bonsecours
Entrée libre